Comme indiqué plus haut dans ce premier livre blanc, le « trouble » de la vigilance peut se produire chez n’importe quel individu, et donc, dans n’importe quel secteur d’activité !

Dans le transport routier :

Chaque année au niveau mondial et dans tous les modes de transports routiers (voiture, camion, moto, …), entre 260.000 et 390.000 personnes décèdent dans un accident de la circulation suite à une absence de vigilance. Ceci représente plus ou moins 20% du nombre de tués sur les routes. Combien d’accidents se sont produits alors que le chauffeur n’a rien vu venir ? Enfin, quand celui-ci est toujours en vie pour témoigner ! Des accidents restent « inexpliqués » comme par exemple celui de Sierre qui s’est produit le 13 mars 2012 et qui a causé la mort de 28 personnes dont 22 enfants. Nous précisons bien que cet accident reste

« inexpliqué » ! Que s’est-il passé ? En regardant les images de l’impact, il est permis de penser que le chauffeur a pu être victime d’un trouble de la vigilance…

Dans l’industrie ferroviaire :

D’après une étude réalisée par l’aar.org : « Fighting Fatigue in the Rail Industry », entre 1990 à 1999 pas moins de 18 accidents de train sont liés à la somnolence des conducteurs. Pour les chemins de fer, qu’y a-t-il de plus important que la sécurité ? Aux USA, la Federal Railroad Administration (FRA) a adapté sa politique d’entreprise en intégrant la fatigue dans son plan de prévention des risques. Le résultat est plutôt intéressant à constater. En 2014, le taux d’accidents impliquant des trains était le plus bas jamais enregistré. Ce taux a baissé de 79% par rapport à 1980 et de 43% par rapport à 2000. Le taux d’accidents du travail en 2017 était aussi en baisse de 83% par rapport à 1980 et de 46% par rapport à 2000.

Plus près de chez nous, nous entendons parfois qu’un conducteur de train a été mis à pied pour avoir brulé un feu rouge. Le fait-il réellement exprès ? Ou serait-il aussi victime d’une absence de vigilance ? Est-ce que nos cheminots sont réellement différents du reste de la population ? Ont-ils oui ou non un interrupteur « ON/OFF » dans le dos ?

Dans l’industrie chimique :

Dans ce type d’industrie, l’accident de Bhopal en Inde a fait quelque 360.000 victimes. (Source: Global Industry Analysts inc. (GIA), A Global Strategic Business Report, 2013). Pour ce cas, les différents rapports d’expertise citent une conjoncture favorisant l’accident. Tout d’abord, un sous-financement de l’entretien du matériel qui le rendit assez rapidement vétuste, le manque de sécurité et, enfin, la fatigue des opérateurs.

Dans l’industrie nucléaire :

L’accident de Three Mile Island en 1979 ne fit aucun mort, direct, … et celui, mieux connu, de Tchernobyl en 1986 fit de nombreux morts et en provoque encore aujourd’hui … La vétusté du matériel ainsi que la mauvaise prise de décision causée par la fatigue des opérateurs, sont à l’origine de ces catastrophes. (Source : Institut de Radioprotection et Sûreté Nucléaire (IRSN) - France)

Dans le transport maritime :

L’Exxon Valdez est un super pétrolier qui fit naufrage le 24 mars 1989 sur la côte en Alaska. Il laissa ainsi derrière lui une marée noire impressionnante qui a engendré une pollution sans précédent. Ce super pétrolier venait de charger 180.000 tonnes de pétrole brut. Le navire était neuf et comptait juste deux années d’exploitation. Dans cet accident, les causes humaines sont dominantes. Le commandant en second du navire avait dû rester en poste durant 48 heures avec moins de 6 heures de sommeil et le commandant qu’il remplaçait, était ivre… (Source : National Transportation Safety Marine Accident - Report Grounding of the U.S.)

 

Dans ce reportage :

 

Ouvrez les yeux pour ne pas devoir les fermer à tout jamais !