Un citoyen qui passe un test du sommeilIl y a dans la population, toute une série de personnes souffrant de diverses pathologies. Par conséquent, elles ont un sommeil complètement perturbé, ce qui provoque une somnolence diurne : un danger potentiel tant pour elles-mêmes que pour les autres usagers du réseau routier mais aussi un danger potentiel dans bon nombre d’autres secteurs d’activités.

On estime que 6 à 11% de la population européenne souffre de somnolence diurne excessive, souvent chronique et sévère. Rien qu’en Europe, cela représente entre 25 et 55 millions de personnes. Cette partie de la population représente un haut risque au volant ou lorsqu’elles sont employées à des tâches qui demandent une grande vigilance.

On estime que 0,25% de la population est narcoleptique mais seulement une personne sur cinq est diagnostiquée. Ceci représente seulement 0,05% de la population européenne. On estime qu’il y aurait dans l’Union Européenne, 1.260.000 personnes narcoleptiques mais seulement 250.000 personnes diagnostiquées.

La narcolepsie, également appelée maladie de Gélineau, se traduit par un trouble chronique du sommeil. Une personne narcoleptique manifeste un temps de sommeil excessif, une forte fatigue, un besoin de dormir. Une personne souffrant de narcolepsie peut s’endormir soudainement et involontairement. Ces somnolences peuvent se produire à n’importe quel

moment : au travail, dans les transports ou dans la rue. Ce trouble du sommeil est souvent peu reconnu et très peu diagnostiqué.

Autre trouble : l’apnée du sommeil. Elle commence à être bien connue de la population mais reste, malheureusement, sous diagnostiquée. 4% de la population belge aurait des apnées du sommeil. Ceci représente approximativement 480.000 personnes...

Les maladies et les médicaments feront parties d’une prochaine enquête du SECOP-ITRSE. Nous aurons donc l’occasion de développer ces thèmes qui représentent aussi un danger sur nos routes.

Certaines personnes peuvent être victimes d’une syncope, due à un malaise vagal ou à une baisse de tension artérielle. Il peut se produire une perfusion inadéquate du cerveau avec pour conséquence, ce « trou noir ». Il est aussi possible que la syncope provienne d’un trouble du rythme cardiaque.

Il existe aussi le problème de l’épilepsie qui reste un problème de société. L’épilepsie peut donner des altérations de la vigilance qui peuvent être brutales lors de la crise d’épilepsie. Il existe aussi des crises d’épilepsies partielles qui procurent une altération de la vigilance alors que la personne est parfaitement éveillée. Dans ce cas, elle ne perçoit pas son environnement correctement.

Parmi cette liste impressionnante de maladies qui peuvent provoquer un problème pour votre sécurité et celle des autres, il y a encore la « paralysie du sommeil ». Un « trouble » du sommeil qui apparaît à l’endormissement. Le sujet passe dans un état hypnagogique ou lors de réveil, dans un état hypnopompique. La caractéristique de cette maladie se traduit par l’impossibilité de bouger ou de parler. Elle est souvent associée à une sensation de présence inquiétante et à des hallucinations. L’état de paralysie dure généralement, de quelques secondes à plusieurs minutes.

Des études sur ce phénomène ont été réalisées par le Centre d’Information, de la Recherche et de Consultation sur les Expériences Exceptionnelles (CIRCEE).

Il représente un trouble relativement fréquent dans la population puisque 20% de la population en aurait fait l’expérience, en particulier lors de l’adolescence. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a que cette frange de la population qui est touchée !

L’étude démontre que ce trouble survient lors d’états intermédiaires entre le sommeil et le réveil, à la fin d’une sieste ou au cours de la journée. La paralysie peut se produire quelle que soit la position du corps. Le plus fréquemment constaté est quand la personne est détendue et allongée sur le dos.

Parallèlement, il y a le problème du ronflement. Celui-ci procure un mauvais repos tant à la personne qui ronfle qu’à son partenaire de vie. Le ronflement est une maladie sournoise et mortelle. Nous y reviendrons dans notre prochaine enquête.

 

Images : Deux citoyens qui passent un test du sommeil afin de savoir s'ils n'ont pas une maladie du sommeil...

Nous vous rappelons que vous pouvez passer un pré-test du sommeil sur simple demande au SECOP-ITSRE asbl (Gratuit pour les adhérents de l'organisation, en ordre de cotisation depuis un an au moins et payant pour les non-membres)(Lire les conditions sur le formulaire en ligne). Pour vous donnez la possibilité de passer ce test en toute discrétion, nous avons fait l'acquisition d'un appareil de la société NOMICS, cette spin off est spécialsiée dans l'analyse du sommeil grâce à son appareil de type BRIZZY. Vous pouvez aussi passer ce test chez certains médecins qui se sont éaquipé de ce type d'appareil. Ce site internet ni l'organisation qui es tà l'origine de ce site internet ne vend cet appareil. (Si vous êtes docteur, et que ce matériel vous intéresse, merci de vous adresser directement à la société auprès de Monsieur HINANT Jacques 0032(0)4 372 93 42 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Rue des Chasseurs Ardenais, 4 à B-4031 Angleur. www.brizzy.eu) Notre seule motivation est de dépister les personnes à risque et ainsi les informer des conséquences de ce type de problème)

 

Ce test se fait à l'aide de deux capteur que l'on place sur le manton et sur le front. Ces deux capteur sont raccordé à un petit boitier. Le dispositif ne gène en rien la personne.

 

Quelles sont les maladies du sommeil ? Cliquez ICI pour consulter la liste impressionnante !

 

Un reportage réalisé par l'Association française  "Apnée du Grand Est"

Dans ce reportage :

 

Ouvrez les yeux pour ne pas devoir les fermer à tout jamais !