Non loin du Campus Universitaire et à un jet de pierre du Centre Hospitalier Universitaire de Liège, nous rencontrons les dirigeants de la spin off PHASYA. Grace au travail d’une équipe multidisciplinaire cette société dirigée par Clémentine FRANÇOIS et Jérôme WERTZ,

développe des logiciels et des équipements innovants en matière de prévention des risques liés à l’absence de vigilance.

Les solutions proposées par PHASYA permettent de prévenir l’endormissement d’un individu mais aussi de détecter les personnes à risque. Ceci dans le but de les aider à éviter un accident de la circulation, un accident du travail ou même un accident domestique.

Nous précisons, une fois de plus, que le SECOP-ITSRE ne commercialise pas les solutions de cette entreprise et n’a aucun intérêt particulier dans celle-ci. Tout l’intérêt que nous apporte cette « spin off » se situe au niveau de la sécurité routière : moins il y aura d’accidents impliquant des camions et meilleure sera l’image des chauffeurs routiers !

Il existe plusieurs méthodes pour détecter ou déterminer l’état de somnolence d’une personne. La première, et de loin la plus fiable, reste incontestablement la méthode qui consiste à analyser l’activité cérébrale au moyen d’électrodes. Cette méthode reste aussi très compliquée à mettre en place dans un milieu opérationnel. Imaginez-vous les chauffeurs livreurs de demain, équipés de 24 électrodes placées sur le crâne et toutes raccordées à un boitier par des câbles… pas très pratique !

Il existe aussi des méthodes qui consistent à analyser les mouvements des yeux. L’analyse oculaire nous renseigne d’une manière très précise et très fiable sur le niveau d’éveil de la personne. On peut aller rechercher énormément d’informations au niveau de l’œil, comme par exemple : les mouvements des paupières et les mouvements du globe oculaire. On peut ensuite récolter toute une série de paramètres indicateurs de l’état de somnolence. En d’autres termes, l’œil reflète vraiment l’activité du cerveau. Cette méthode de travail permet de recueillir des données très précises et de placer l’état de somnolence sur une échelle de 0 à 10. Grâce à cette technique, il est donc devenu possible de prévenir un individu lorsqu’il est en train de s’endormir.

Il existe aussi des technologies qui permettent d’analyser le rythme cardiaque ou qui fonctionnent sur base de la conductance de la peau comme c’est le cas avec la bague développée par une société toulousaine. Cette bague est commercialisée sous le nom de « STOP SLEEP ». Nous l’avons testée sur une vingtaine de chauffeurs adhérents au SECOP-ITSRE et nous en avons retiré plusieurs informations. Ce dispositif permet juste de savoir si, oui ou non, le conducteur est en état d’éveil. Lors de notre test en situation réelle, cette bague a émis plusieurs alertes par jour chez tous les chauffeurs. Mais le plus impressionnant, c’est que l’autoroute E313, que l’on trouve ordinairement monotone, a fait déclencher plus d’alertes que tout le reste du réseau routier. Le point le plus problématique en matière d’absence de vigilance est indiscutablement la portion d’autoroute située entre l’échangeur de Lummen et les portes d’Anvers.

Les études qui ont été réalisées avec le matériel de la société PHASYA, démontrent que 10% du trajet effectué par des travailleurs ont été parcourus avec un état de somnolence de 5 sur une échelle de 10. Pour rappel, « 0 » est une personne parfaitement éveillée et « 10 » est une personne totalement endormie. Ce qui veut dire qu’on fait déjà 10% du trajet en étant à moitié somnolent, à moitié endormi. Cet état peut représenter un danger tant pour le travailleur que pour les autres usagers du réseau routier.

Bien entendu, il y a des facteurs professionnels et individuels qui peuvent influencer l'état de somnolence et donc d'absence de vigilance qui en découle. On sait, par exemple, qu'un horaire flexible aura plus d'incidence sur l'apparition du phénomène. Une personne qui a des problèmes familiaux, un chauffeur routier qui vient d'avoir une discussion "animée" avec son dispatcher ou son patron, ne seront pas pleinement concentrées sur la route et entreront dans des pensées dites "cognitives". Ce genre de situations favorise aussi l'absence de vigilance...

 

 

Nous souhaiterions remercier vivement Jérôme WERTZ et Clémentine FRANÇOIS de la spin off PHASYA car sans eux, ce projet d'information axé sur l'Absence de Vigilance n'aurait jamais pu voir le jour...

 

 

  



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ouvrez les yeux pour ne pas devoir les fermer à tout jamais !